Un matin, je reçois ce message me demandant si j’accepterais d’enregistrer quelques mots :

« Désolé, pardon, merci, je t’aime »

Une prière ancestrale. Ho’oponopono est une formule aussi simple que puissante de libération émotionnelle. De cette façon, elle agit comme un mantra qui dissout les mémoires inconscientes et les perturbations, et invite la paix intérieure.

Installez-vous confortablement, mettez également casque ou écouteurs. Fermez les yeux, ouvrez les oreilles et le cœur sur cette version Ohoponopono concoctée par Fabien Lapouge.

A l’heure du café qui tiédit dans sa tasse, mes doigts encore engourdis de sommeil, je branche les écouteurs à mon téléphone. D’abord un test ou deux sur le dictaphone, la voix se réveille doucement. Je me concentre sur l’image de Fabien, rencontré juste avant cette période où l’on reste entre nos murs, espérant sentir ce qu’il attend. Entre deux gorgées, je me lance sans délai à énoncer lentement les mots. J’ai un peu peur, alors je lui transmets le fichier dans la foulée.

Pardon, Désolée petite moi

Peur de quoi au fond ? Faut-il donc avoir la trouille facile ! Souvenirs blafards d’école primaire, quand on devait enregistrer nos lectures de texte un à un dans le couloir de la vieille école. Marcher seule devant tous, le magnétophone à la main. Quitter ainsi la classe et m’installer sur les marches froides qui mènent, à l’étage au-dessus, à la mairie du village.

ON. Je vois tourner la bande de la cassette audio insérée dans le pavé gris. Je dois parler, c’est un fait, déclamer ce texte sans droit à la bafouille. Le maître s’attend évidemment à ce que je revienne dans quelques minutes, tandis que je rêve de m’enfuir. Le moindre bruit résonne d’un écho quasi-montagnard dans le grand couloir vide de l’ancienne bâtisse. Alors que je voudrais me fondre dans la vacuité du décor, l’exercice est inverse : produire des sons, les fixer sur ce mince ruban marron et pire, les faire ensuite entendre aux autres. Désolée, petite moi. Un jour, longtemps après, le faire volontairement !

En un mot, Merci !

bouddha

Quelques jours plus tard, Fabien aura réalisé ce magnifique enregistrement mêlant les cultures et leurs sonorités. Un tour du monde savoureux et hypnotique bercé par la flûte qui accompagne les voix. C’est doux autant que beau, simplement. Puissant dans l’intention et fort de reliance.

… Je t’aime

A savourer, méditer, à se laisser bercer, à accompagner de nos propres intentions et prières.

Fabien Lapouge est sonothérapeute et praticien en soins énergétiques (Aux p’tits soins) du côté de Périgueux.
www.fabienlapougephotography.org
https://soundcloud.com/renedesessandre

Ho’oponopono en résumé

Cette formule propose donc de répéter une séquence de mots en quatre temps. La méthode est en réalité basée sur la responsabilité de chacun dans les événements de sa propre vie. On retrouve ce principe de la même manière sous l’expression « pouvoir créateur » dans d’autres sphères de la spiritualité : « je crée ma réalité », « mes pensées sont créatrices ».

Elle propose ainsi de dissoudre par des affirmations simples les programmations inconscientes, erronées ou de souffrance. Changer les codes et par conséquent changer de vie à l’aide de quelques mots, que l’on peut prononcer en soi.

  • Désolé : Je ne savais pas que j’avais cette mémoire en moi. Observer, et finalement accepter la situation vécue.
  • Pardon : A moi-même, à la vie. Couper de cette façon les liens qui attachent à ces mémoires.
  • Merci : Pour la mise en Lumière de ces mémoires erronées, de ce que je portais en moi de manière inconsciente. Autrement dit, la gratitude comme transmutation.
  • Je t’aime : Universel, de conscience unifiée, pacifiée. En conclusion, Libérer !

Les livres pour découvrir Ho’oponopono

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.